Histoire du moulin de CANDAS

   Le moulin de Candas, appelé communément "Moulin Fanchon ", est un des trois moulins à froment de la commune recensés en 1809. ces moulins produisaient quotidiennement 1500kg de farine .

    Deux autres moulins érigés sur le territoire de la commune au XIXème siècle fournissaient, quant à eux, de l'huile.

     Louis Gorjon de Verville, seigneur de Candas, receveur des tailles à Doullens, fit construire le moulin vers 1750. Son filsLouis-Antoine lui succéda en 1767, devenu citoyen Gorjon de Verville, il était toujours propriétaire du moulin lors du recensement des moulins de 1809.

       En 1793, la Convention supprima définitivement le droit de banalité due aux seigneurs. Des dynasties de meuniers se sont alors établies.

       De la fin du XVIIIème siècle jusqu'au début du XIXème, le meunier Nicolas Fournier puis son fils Jean-Nicolas firent fonctionner le moulin. Dans la seconde moitié du XIXème siècle, la famille Brisse-Pluquet racheta  le moulin et employa Thomas Damagnez pour l'exploiter.

         Louis Fanchon devint propriétaire du moulin en 1882. Il était, pour la première fois dans l'histoire du moulin, propriétaire et meunier à la foisjusqu'à sa mort en 1923.

         En 1914 une petite maison en torchis fut construite sur le site et habitée par une des filles Fanchon jusqu'à sa mort.

          La tour du moulin, d'une hauteur de 8,16m, fut construite en brique rouge avec des incrustations de grès taillés. Un soubassement en grès de 1,40m d'épaisseur ornait l'édifice.

           La toiture, couverte de bardeaux de châtaignier pouvait pivoter sur la tour grâce à un système de crémaillère en bois disposé sur le faîte

de la tour. Une longue queue en bois permettait de faire tourner le toit et d'orienter ainsi, face au vent, les 4 ailes habillées de  grosse toile de lin.

            La production de farine aurait cessé en 1914 à cause d'une maladie des meules qui rendit la farine non comestible. Le moulin fut alors consacré à la mouture de céréales pour les animaux.

            Un croquis daté de 1914 représente  le moulin amputé de 2 ailes. Cette amputation serait plus tardive (vers 1924) d'après des villageois.

Sa lente dégradation a commencé alors jusqu'à ce qu'il devienne une ruine envahie par la végétation.